Accompagnement des cancers en moxibustion

Cancer du poumon


Ce premier cas pratique date de l’année dernière (2016). Il s’agit d’une personne qui souffrait d’un cancer du poumon. J’ai dans un premier temps effectué le Taikyoku de Sawada* sur trois séances. Ensuite, les traitements ont consisté à :

  • soutenir la sphère pulmonaire afin de soulager la difficulté respiratoire
  • soulager des douleurs cervicales et les maux de tête

Suite aux trois premières séances, le patient a ressenti :

  • une augmentation de sa vitalité
  • moins de fatigue
  • une amélioration de son sommeil

Pour ce qui est des séances qui ont ciblé la sphère pulmonaire, j’ai appliqué des cônes de moxibustion prêt à l’emploi suivant un protocole de traitement recommandé par Isaburo Fukaya. Suite à la première séance, le patient à eu une crise d’élimination qui s’est traduite par une toux prononcée avec expectoration de mucus. Les séances suivantes ont été plus espacées et l’utilisation de cônes prêts à l’emploi mis de côté, car bien que l’évacuation de déchets en stagnation soit une chose positive et a contribué à améliorer sensiblement la gêne respiratoire, les ressources nerveuse du corps sont précieuses lorsque les patients suivent des chimiothérapies, il faut envisager de les maintenir à leur meilleur niveau si l’on souhaite mettre toutes les chances de notre côté. Plus de séances ont ensuite été envisagées, mais avec un traitement moins intense par séance. Nous avons par ces séances permis de maintenir un état de confort pour les symptômes les plus importants comme les maux de tête, les douleurs articulaires et la gêne respiratoire.

* Protocole de renommée nationale au Japon

Cancer du côlon


Ce deuxième cas pratique est une personne en rémission pour un cancer du côlon. À ce jour, en août 2017, le suivi comptabilise un peu plus de 20 séances effectuées avec une fréquence de 1 à 2 semaines.

Les symptômes principaux ciblés pendant les séances ont été :

  • Douleurs dorsales (haut du dos)
  • Douleurs lombaires
  • Difficultés respiratoires
  • Fatigue
  • Constipation

Depuis le suivi de moxibustion, aucun problème de sommeil n’est survenu et la récupération nerveuse par le repos est donc excellente et l’état de vitalité générale se maintien avec les séances régulières. Les difficultés respiratoires m’ont donnés plus de fil à retordre. C’est lorsque j’ai utilisé les points VG23 et Senseisoku en complément au traitement racine de Fukaya que les meilleurs résultats sont survenus : cessation complète de la gêne respiratoire pendant environ une semaine. Pour les douleurs dorsales et lombaires, la durée de soulagement varie de 1 à 2 semaines, l’état inflammatoire chronique des tissus, l’état d’acidose général et le taux de congestion en déchets, ne permettent pas pour le moment d’arriver à maintenir le soulagement plus longtemps. On rencontre ici les limites de la moxibustion, comme ce serait le cas pour toute autre thérapie externe qui ne peut agir directement sur les causes primordiales que sont l’acidose et la congestion. Des changements d’hygiène de vie sont encore une fois à considérer pour travailler sur ces causes.

Il y a quelques mois, ce même patient s’est fait enlever un cathéter d’injection de chimiothérapie. L’opération pour le retirer a été un peu délicate. Le patient est venu me voir trois jours après l’opération, il avait un hématome autour de la cicatrice et quelques points de sutures auto dissolvants. J’ai pratiqué quelques cônes d’okyu le long de la cicatrice puis quelques cônes de Chinetsukyu sur les tensions les plus importantes au niveau de l’hématome. La douleur a fortement diminuée, quasiment disparue le lendemain. Un bel exemple de ce que permet la moxibustion et comment elle peut être un excellent complément post-opération pour diminuer les douleurs !

Observations et retours sur le jeûne intermittent


Pour les personnes qui suivent des chimiothérapies, j’ai souvent observé parmi mes patients que ces personnes n’ont pas faim le matin et se forcent à manger pour écouter les conseils des médecins. Car en effet, pour les médecins, un objectif majeur lors de traitement de cancer est de lutter contre la perte de poids.

Cependant, j’ai vu des patients sauter le petit déjeuner en écoutant leur ressenti corporel (faim non présente le matin). Ils s’en portaient bien mieux au niveau intestinal (moins de douleurs), les maux de tête diminuent, et les douleurs articulaires sont moins intenses, sans perte de poids associée.

En terme de santé, écouter les signaux de votre corps est primordial. Je ne vous dis pas de remettre en question les recommandations de vos médecins, mais de les mettre en regard de vos ressentis, votre confort. Nos ressentis et les signaux de notre corps devraient être mieux considérés.

Une expérience d’un jour suffit parfois pour observer un changement dans les symptômes.

Un petit déjeuner.

Un mieux-être.

À vous de choisir et d’expérimenter.

Okyu et pleine santé !

Laisser un commentaire