Moxibustion, système nerveux, endocrinien et immunitaire

La moxibustion comme traitement de fond

Dans l’approche thérapeutique, le travail de fond, ou de terrain, est essentiel pour agir sur le long terme. Bien que la moxibustion soit une technique qui n’agisse pas directement sur l’état des tissus et des organes dans le corps, elle peut solliciter les différents processus régulateurs que le corps met en route pour maintenir son état d’équilibre.

Mais mieux que cela, elle peut également redonner au corps la capacité de relancer ces processus régulateurs lorsqu’il est trop épuisé (système nerveux HS) ou congestionné (accumulation excessive de déchets dans le corps, en particulier dans le système lymphatique). En ce sens, la moxibustion peut devenir une pratique de traitement de fond.

 

Les 3 systèmes essentiels

Parmi l’ensemble des systèmes qui composent le corps, j’en retiens aujourd’hui trois majeurs qui permettent d’assurer un état d’équilibre :

  • Le système nerveux
  • Le système endocrinien
  • Le système immunitaire/lymphatique

Ces trois systèmes sont intimement reliés, si l’un s’effondre, les autres sont aussi impactés mais il n’y en a pas un seul qui soit à la l’origine de la défaillance des autres. Comme toute maladie n’est pas la conséquence d’une unique cause, mais plutôt d’un ensemble de conditions qui entraîne la maladie. Chercher un seul bouc émissaire est vain, il n’y a pas une seule origine, mais plusieurs, et en ce sens, il est nécessaire pour retourner à la pleine santé de travailler simultanément sur plusieurs plans.

 

La moxibustion pour soutenir les 3 systèmes

1. Système nerveux

La moxibustion nous permet de travailler sur le système nerveux, notamment en abaissant la dominance du système nerveux sympathique. Par cette action, on permet alors au système nerveux para-sympathique de s’exprimer et de relancer des processus de réparation dans le corps. Dans le cas inverse, ou une personne est extrêmement épuisée (fatigue chornique, burn-out, fybromyalgie, hypothyroïdie etc.), c’est l’apport d’énergie au système nerveux dans son ensemble qui sera visée.

 

2. Système endocrinien

En ce qui concerne le système endocrinien, je n’ai pas à ce jour suffisamment de recul sur des effets probants, mais je travaille sur une utilisation ciblée des glandes endocrines impliquées dans le trouble de santé avec des points d’acupuncture reliés à chaque glande. Le même travail peut s’effectuer avec des thérapies qui ciblent les chakras. On retrouve ainsi les correspondances suivantes :

 

Glandes surrénales => V23 et V52 (Chakra Racine)

Ovaires (femmes) et Testicules (hommes) => V31 et VG4 (Chakra Hara)

Pancréas => V20, VG6, VG12 (Chakra du plexus solaire)

Thymus => E36, VC17 (Chakra du coeur)

Thyroïde et parathyroïdes => point sur VG entre D2 et D3, V46 (Chakra de la gorge)

Hypophyse et Pituitaire => Point au centre du gros orteil face plante du pied (Chakra du 3ème oeil)

Pinéale => VG20 (Chakra Coronal)

 

Le principe est d’identifier dans le trouble de santé correspondant, la ou les hormones impliquées dans le processus. Remonter ensuite à la glande endocrine qui produit cette hormone et aux glandes endocrines qui produisent les hormones précurseures.

En théorie on soutien ces glandes en fonction du taux hormonal (en excès ou en manque), on supplémente en cas de manque hormonal, on disperse en cas d’excès hormonal). Par exemple, pour un cas d’hypothyroïdie, théoriquement on supplémentera les points V46 et le point entre D2 et D3 sur le méridien VG.

En pratique, on se fit toujours à la palpation, ainsi même en cas d’hypothyroïdie, si je trouve que le point V46 en excès, je le disperse au lieu de le supplémenter. Le corps sait toujours mieux que nous ce qui est bon pour lui ! Et en terme de système endocrinien, il y a souvent des variations de fonctionnement entre hypo et hyper-fonctionnement.

 

3. Système immunitaire et système lymphatique

Ces deux systèmes sont regroupés car le système immunitaire dépend pour beaucoup de l’état du système lymphatique. En moxibustion, nous pouvons augmenter sensiblement la circulation du sang et de la lymphe, et ainsi améliorer le système immunitaire. Mais il y a une partie plus intéressante : la brûlure contrôlée. Lorsque que nous travaillons en Tonetsukyu, nous pouvons créer une brûlure contrôlée, qui vient alors stimuler le système immunitaire localement au niveau de la brûlure. C’est le même principe que lorsque vous vous coupez : le corps créé alors un afflux de sang, et des agents du système immunitaire viennent autour de la lésion afin d’empêcher des agents pathogènes de pénétrer dans le sang. La brûlure contrôlée nous permet donc de cibler où nous souhaitons que le système immunitaire se dirige.

 

Okyu et santé !

Jôsetsu-hô

Ce terme désigne une technique de moxibustion qui consiste en l’utilisation d’une corde pour trouver des points vivants que l’on traitera ensuite avec l’okyu de grain de riz.

Dans le temps, cette technique était utilisée pour deux raisons :

– transmettre la localisation de points secrets que les maîtres souhaitaient communiquer uniquement à leur disciples

– transmettre la localisation des points communs à leurs patients, ce qui permettait alors de continuer les traitements à la maison en trouvant facilement les points sans avoir une palpation extrêmement développée.

Cette technique de recherche de points a commencée à se perdre lorsque les localisations des points d’acupuncture ont pu être déterminées avec les repères anatomiques.

Isaburo Fukaya a cependant remis au goût du jour cette recherche de points, il a mis à l’épreuve de nombreux Jôsetsu-Hô dans sa pratique et contribué à créer des Josetsu-Hô, dont le plus spectaculaire est le soulagement symptomatique d’une douleur par le traitement d’un point unique en fonction de la zone du corps sur laquelle la douleur se situe.

Si la technique paraît surprenante pour les patients – les mesures avec la corde les rend souvent sceptiques – elle est spectaculaire comme traitement symptomatique. Lorsque le point vivant trouvé au bout de la corde est traité par l’okyu, le soulagement dissipe le scepticisme !

Attention cependant, de nombreux Jôsetsu-Hô restent des traitements symptomatiques qui se doivent d’être utilisés en complément à des traitements racine, sinon le soulagement ne reste que temporaire.

Okyu et santé !

Relations entre points

Nous pouvons souvent vérifier que les points sont reliés selon des formes ou des patrons lorsque nous recherchons des points à traiter. Une forme qui revient souvent est le triangle. Dès que l’on a trouvé deux points réactifs, on peut alors chercher à l’aide d’une corde un troisième point en correspondance de manière à former un triangle équilatéral.

Ci-après, un cas de traitement de trouble du foie pour lequel deux points vivants apparaissent sur le méridien vessie et, en cherchant à former un triangle équilatéral, on trouve un troisième point réactif en partant vers les côtes en directions du foie.

 

 

 

 

 

 

 

Il faut imaginer qu’il existe un maillage triangulaire sur tout le corps, et que les points peuvent apparaître à chaque sommet, chaque pointe d’un triangle

Dans certaines approches de moxibustion japonaise, nous cherchons à restreindre au maximum le nombre de points à traiter, souvent en se focalisant sur le plus induré (= le plus « dur ») et le plus réactif (=le plus douloureux). La détente du point principal, permet de détendre les autres points sans les traiter, car ils sont reliés selon un maillage triangulaire.

Okyu et santé !

Esprit embrumé, manque de concentration, brouillard mental ?

La sensation de brouillard mental, d’esprit embrumé, ou encore le manque de concentration sont souvent la résultante d’une mauvaise circulation du sang associé à de la congestion (accumulation de déchets) qui a tendance à épaissir le sang, le rendant plus visqueux et plus difficile à faire circuler.

Parmi les effets bénéfiques de la moxibustion il en est un qui revient souvent. Je l’ai observé notamment durant mes premiers mois de pratique sur des cobayes en 2015/2016. Il s’agit d’une meilleure circulation du sang qui faisait dire à mes cobayes « je sens comme si mon esprit, mes pensées sont plus claires, et les décisions plus simples à prendre ».

Le point VG20 est particulièrement indiqué pour faire circuler le sang au niveau cérébral, mais en pratique, j’ai plus souvent eu des retours sur cet effet positif d’esprit plus clair lorsque je ne visais pas ce résultat ! Juste lorsque je traitais la partie dorsale supérieure du dos suivant le traitement racine de Fukaya qui est un traitement de fond.

Nous rejoignons là une règle importante dans la pratique, ne pas se focaliser sur le symptôme, mais sur le traitement de fond. Le traitement de fond est moins stupéfiant pour les patients, mais il est le seul moyen d’agir en profondeur pour une santé plus durable. C’est aussi s’en remettre humblement au merveilleux pouvoir de régénération du corps humain selon son rythme propre, car lui seul sait mieux que quiconque ce qui est juste. Et alors seulement nous assistons à la disparition de symptômes, non pas parce que nous les avons masqués, mais parce que nous avons favorisé les conditions normales de fonctionnement du corps humain, nous sommes allés dans son sens, au lieu de le faire taire.

L’Okyu, associé à une approche de terrain ont un grand potentiel !

Tour de france à vélo en préparation

J’ai récemment reçu la randonneuse que je me suis commandé pour mes trajets domicile-travail, mais qui me servira également pour un projet de tour de France à vélo que je concrétiserai l’été prochain. L’idée de ce tour de France est de promouvoir et pratiquer la moxibustion japonaise, en ciblant particulièrement les déserts médicaux. Le tracé reste encore à définir, et vos remarques et suggestions m’intéressent, alors n’hésitez pas à commenter. En attendant l’été prochain, et un descriptif plus détaillé de ce projet, je commencerai prochainement des soins à domicile à vélo un jour par semaine.

Associer deux passions, en voilà une bonne idée 😉

Okyu et santé

Troubles du sommeil

Pourquoi j’ai un problème de sommeil ?

Les problèmes de sommeil sont fréquents aujourd’hui, de causes multiples, ils sont une invitation de votre corps à rectifier votre hygiène de vie.

J’ai souvent observé chez mes patients que les troubles du sommeil sont le résultats de deux causes principales :

  • une hyperactivité du système nerveux sympathique, le plus souvent lié au rythme de vie
  • une inflammation intestinale ou un travail digestif trop conséquent à l’heure du coucher

À cela on peut ajouter :

  • Manque d’exposition à la lumière naturelle
  • Epuisement de la glande pinéale (=déficit en mélatonine)
  • Manque d’activité physique


 

En quoi la moxibustion peut m’aider ?

Le travail en moxibustion, mais aussi le shiatsu, les massages, l’ostéopathie etc. permettent de calmer l’hyperactivité du système nerveux sympathique. Dans la plupart des cas, cela suffit à rétablir le sommeil et retrouver un endormissement plus aisé. La remise en circulation des différents flux corporels (sang, lymphe, influx nerveux) entraîné par ces thérapies participe grandement à l’amélioration du sommeil.

 

Que puis-je essayer si les thérapies n’ont pas fonctionnés ?

Si cela ne suffit pas, il conviendra alors de travailler sur l’heure de la prise de repas, le prendre plus tôt.

Désenflammer les intestins sera aussi une aide précieuse pour limiter les processus cognitifs avant le coucher (qui n’a jamais refait le monde avec de grands projets révolutionnaires au lieu de s’endormir ?) pour cela prenez des jus de légumes, tentez une monodiète, ou encore mieux jeûnez pour le repas du soir ! Ce mélange vous sera également utile pour calmer l’inflammation intestinale.

Dans le cas ou une fatigue est présente et que la boîte à poux tourne encore à plein régime, ce mélange vous aidera.

 

Okyu et pleine santé à vous !

Accompagnement des cancers en moxibustion

Cancer du poumon


Ce premier cas pratique date de l’année dernière (2016). Il s’agit d’une personne qui souffrait d’un cancer du poumon. J’ai dans un premier temps effectué le Taikyoku de Sawada* sur trois séances. Ensuite, les traitements ont consisté à :

  • soutenir la sphère pulmonaire afin de soulager la difficulté respiratoire
  • soulager des douleurs cervicales et les maux de tête

Suite aux trois premières séances, le patient a ressenti :

  • une augmentation de sa vitalité
  • moins de fatigue
  • une amélioration de son sommeil

Pour ce qui est des séances qui ont ciblé la sphère pulmonaire, j’ai appliqué des cônes de moxibustion prêt à l’emploi suivant un protocole de traitement recommandé par Isaburo Fukaya. Suite à la première séance, le patient à eu une crise d’élimination qui s’est traduite par une toux prononcée avec expectoration de mucus. Les séances suivantes ont été plus espacées et l’utilisation de cônes prêts à l’emploi mis de côté, car bien que l’évacuation de déchets en stagnation soit une chose positive et a contribué à améliorer sensiblement la gêne respiratoire, les ressources nerveuse du corps sont précieuses lorsque les patients suivent des chimiothérapies, il faut envisager de les maintenir à leur meilleur niveau si l’on souhaite mettre toutes les chances de notre côté. Plus de séances ont ensuite été envisagées, mais avec un traitement moins intense par séance. Nous avons par ces séances permis de maintenir un état de confort pour les symptômes les plus importants comme les maux de tête, les douleurs articulaires et la gêne respiratoire.

* Protocole de renommée nationale au Japon

Cancer du côlon


Ce deuxième cas pratique est une personne en rémission pour un cancer du côlon. À ce jour, en août 2017, le suivi comptabilise un peu plus de 20 séances effectuées avec une fréquence de 1 à 2 semaines.

Les symptômes principaux ciblés pendant les séances ont été :

  • Douleurs dorsales (haut du dos)
  • Douleurs lombaires
  • Difficultés respiratoires
  • Fatigue
  • Constipation

Depuis le suivi de moxibustion, aucun problème de sommeil n’est survenu et la récupération nerveuse par le repos est donc excellente et l’état de vitalité générale se maintien avec les séances régulières. Les difficultés respiratoires m’ont donnés plus de fil à retordre. C’est lorsque j’ai utilisé les points VG23 et Senseisoku en complément au traitement racine de Fukaya que les meilleurs résultats sont survenus : cessation complète de la gêne respiratoire pendant environ une semaine. Pour les douleurs dorsales et lombaires, la durée de soulagement varie de 1 à 2 semaines, l’état inflammatoire chronique des tissus, l’état d’acidose général et le taux de congestion en déchets, ne permettent pas pour le moment d’arriver à maintenir le soulagement plus longtemps. On rencontre ici les limites de la moxibustion, comme ce serait le cas pour toute autre thérapie externe qui ne peut agir directement sur les causes primordiales que sont l’acidose et la congestion. Des changements d’hygiène de vie sont encore une fois à considérer pour travailler sur ces causes.

Il y a quelques mois, ce même patient s’est fait enlever un cathéter d’injection de chimiothérapie. L’opération pour le retirer a été un peu délicate. Le patient est venu me voir trois jours après l’opération, il avait un hématome autour de la cicatrice et quelques points de sutures auto dissolvants. J’ai pratiqué quelques cônes d’okyu le long de la cicatrice puis quelques cônes de Chinetsukyu sur les tensions les plus importantes au niveau de l’hématome. La douleur a fortement diminuée, quasiment disparue le lendemain. Un bel exemple de ce que permet la moxibustion et comment elle peut être un excellent complément post-opération pour diminuer les douleurs !

Observations et retours sur le jeûne intermittent


Pour les personnes qui suivent des chimiothérapies, j’ai souvent observé parmi mes patients que ces personnes n’ont pas faim le matin et se forcent à manger pour écouter les conseils des médecins. Car en effet, pour les médecins, un objectif majeur lors de traitement de cancer est de lutter contre la perte de poids.

Cependant, j’ai vu des patients sauter le petit déjeuner en écoutant leur ressenti corporel (faim non présente le matin). Ils s’en portaient bien mieux au niveau intestinal (moins de douleurs), les maux de tête diminuent, et les douleurs articulaires sont moins intenses, sans perte de poids associée.

En terme de santé, écouter les signaux de votre corps est primordial. Je ne vous dis pas de remettre en question les recommandations de vos médecins, mais de les mettre en regard de vos ressentis, votre confort. Nos ressentis et les signaux de notre corps devraient être mieux considérés.

Une expérience d’un jour suffit parfois pour observer un changement dans les symptômes.

Un petit déjeuner.

Un mieux-être.

À vous de choisir et d’expérimenter.

Okyu et pleine santé !