DU 24 AU 26 JUILLET

24/07/18

Sully sur Loire -> Cosne en cours sur Loire

Je reprends la route direction Cosne en Cours sur Loire en passant par Châtillon puis Belleville. Les indications de la Loire à vélo se font plus approximatives au niveau de Belleville où je fais un détour non prévu, jusqu’à retrouver l’itinéraire à proximité de la centrale nucléaire. Je pense que je vais sortir un peu plus la carte au lieu de me fier à 100% aux panneaux !

25/07/18

Je reste pour la journée à Cosnes en Cours sur Loire, j’en profite pour visiter et acheter quelques cartes pour tracer mes itinéraires des prochains jours. Je vais quitter la Loire pour quelques jours au profit d’un passage à proximité de Bourges. L’opportunité de rencontrer, échanger, et certainement pratiquer la moxibustion avec Thierry et Françoise qui m’ont proposés de venir suite à la conférence donnée à Temple sur Lot. La nuit du 25 au 26 sera courte, un peu moins de 4h30 de sommeil, des jeunes qui font la fête de l’autre côté de la Loire auront eu raison de mon sommeil…Pour moi une belle occasion de pratiquer la pleine conscience et les enseignements de Tich Nhat Hanh. J’inspire et je sais que je suis en colère. J’expire j’accueille et j’embrasse ma colère. Pratiqué à intervalles réguliers pendant 3h, je certifie bien que ça apaise !

26/07/18

Cosne en Cours sur Loire -> Mehun sur Yèvres

Je retrouve le plaisir de pédaler dans l’atmosphère et la belle lumière matinale. Le parcours que j’ai tracé me fait passer par Menetou Ratel et La Chapelotte. Je décide de bifurquer vers Henrichemont pour la pause repas, seul village des parages avec probablement quelques commerces pour pouvoir se restaurer. Je suis parti à jeûn et sans réserve de nourriture. Grande sensation de liberté, et de légèreté ! Légèreté appréciée car par ici fini les pistes bien plates qui longent la Loire. J’ai grimpé quelques reliefs des collines du Sancerrois accompagné de nombreux moucherons qui ont pour habitude de se placer devant les yeux pendant les montées, en dessous de 12 km/h difficile de leur échapper, je bénis les lunettes de soleil de me protéger de ces moucherons ! Après Henrichemont je file vers Menetou Salon et St Martin d’Auxigny. En arrivant à Mehun sur Yèvres, le manque de sommeil se fait ressentir, je commence à envisager un peu de confort mais mon challenge d’aller solliciter l’habitant n’a toujours pas été relevé. La peur se révèle et en quête de procrastination je me dis que l’excuse du manque de sommeil est plutôt bienvenue ! Ça semble tellement simple de relever des défis…plus tard ! N’est-ce pas ? Je ferai tout de même deux belles rencontres le soir au camping de Mehun : Mikaëlle et Jean-Claude, un couple de retraités minimalistes qui semble avoir trouver un juste équilibre entre vie sédentaire confortable et voyages réguliers.

Okyu et santé !