Moxibustion, système nerveux, endocrinien et immunitaire

La moxibustion comme traitement de fond

Dans l’approche thérapeutique, le travail de fond, ou de terrain, est essentiel pour agir sur le long terme. Bien que la moxibustion soit une technique qui n’agisse pas directement sur l’état des tissus et des organes dans le corps, elle peut solliciter les différents processus régulateurs que le corps met en route pour maintenir son état d’équilibre.

Mais mieux que cela, elle peut également redonner au corps la capacité de relancer ces processus régulateurs lorsqu’il est trop épuisé (système nerveux HS) ou congestionné (accumulation excessive de déchets dans le corps, en particulier dans le système lymphatique). En ce sens, la moxibustion peut devenir une pratique de traitement de fond.

 

Les 3 systèmes essentiels

Parmi l’ensemble des systèmes qui composent le corps, j’en retiens aujourd’hui trois majeurs qui permettent d’assurer un état d’équilibre :

  • Le système nerveux
  • Le système endocrinien
  • Le système immunitaire/lymphatique

Ces trois systèmes sont intimement reliés, si l’un s’effondre, les autres sont aussi impactés mais il n’y en a pas un seul qui soit à la l’origine de la défaillance des autres. Comme toute maladie n’est pas la conséquence d’une unique cause, mais plutôt d’un ensemble de conditions qui entraîne la maladie. Chercher un seul bouc émissaire est vain, il n’y a pas une seule origine, mais plusieurs, et en ce sens, il est nécessaire pour retourner à la pleine santé de travailler simultanément sur plusieurs plans.

 

La moxibustion pour soutenir les 3 systèmes

1. Système nerveux

La moxibustion nous permet de travailler sur le système nerveux, notamment en abaissant la dominance du système nerveux sympathique. Par cette action, on permet alors au système nerveux para-sympathique de s’exprimer et de relancer des processus de réparation dans le corps. Dans le cas inverse, ou une personne est extrêmement épuisée (fatigue chornique, burn-out, fybromyalgie, hypothyroïdie etc.), c’est l’apport d’énergie au système nerveux dans son ensemble qui sera visée.

 

2. Système endocrinien

En ce qui concerne le système endocrinien, je n’ai pas à ce jour suffisamment de recul sur des effets probants, mais je travaille sur une utilisation ciblée des glandes endocrines impliquées dans le trouble de santé avec des points d’acupuncture reliés à chaque glande. Le même travail peut s’effectuer avec des thérapies qui ciblent les chakras. On retrouve ainsi les correspondances suivantes :

 

Glandes surrénales => V23 et V52 (Chakra Racine)

Ovaires (femmes) et Testicules (hommes) => V31 et VG4 (Chakra Hara)

Pancréas => V20, VG6, VG12 (Chakra du plexus solaire)

Thymus => E36, VC17 (Chakra du coeur)

Thyroïde et parathyroïdes => point sur VG entre D2 et D3, V46 (Chakra de la gorge)

Hypophyse et Pituitaire => Point au centre du gros orteil face plante du pied (Chakra du 3ème oeil)

Pinéale => VG20 (Chakra Coronal)

 

Le principe est d’identifier dans le trouble de santé correspondant, la ou les hormones impliquées dans le processus. Remonter ensuite à la glande endocrine qui produit cette hormone et aux glandes endocrines qui produisent les hormones précurseures.

En théorie on soutien ces glandes en fonction du taux hormonal (en excès ou en manque), on supplémente en cas de manque hormonal, on disperse en cas d’excès hormonal). Par exemple, pour un cas d’hypothyroïdie, théoriquement on supplémentera les points V46 et le point entre D2 et D3 sur le méridien VG.

En pratique, on se fit toujours à la palpation, ainsi même en cas d’hypothyroïdie, si je trouve que le point V46 en excès, je le disperse au lieu de le supplémenter. Le corps sait toujours mieux que nous ce qui est bon pour lui ! Et en terme de système endocrinien, il y a souvent des variations de fonctionnement entre hypo et hyper-fonctionnement.

 

3. Système immunitaire et système lymphatique

Ces deux systèmes sont regroupés car le système immunitaire dépend pour beaucoup de l’état du système lymphatique. En moxibustion, nous pouvons augmenter sensiblement la circulation du sang et de la lymphe, et ainsi améliorer le système immunitaire. Mais il y a une partie plus intéressante : la brûlure contrôlée. Lorsque que nous travaillons en Tonetsukyu, nous pouvons créer une brûlure contrôlée, qui vient alors stimuler le système immunitaire localement au niveau de la brûlure. C’est le même principe que lorsque vous vous coupez : le corps créé alors un afflux de sang, et des agents du système immunitaire viennent autour de la lésion afin d’empêcher des agents pathogènes de pénétrer dans le sang. La brûlure contrôlée nous permet donc de cibler où nous souhaitons que le système immunitaire se dirige.

 

Okyu et santé !

Laisser un commentaire